DOSSIERS
LIVRES
AUTOUR DU LIVRE
LE QUESTIONNAIRE
Webmaster - Infos
Ecrire à mm  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
259 Abonnés
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

La culture littéraire à l'école maternelle - 4. Quel dispositif ?

4. Quel dispositif ?

Pour Catherine Tauveron, le mieux lorsque c’est possible est de faire une lecture du texte in extenso et sans montrer les images ; Car privilégier une lecture sans arrêt évite aux élèves de perdre le fil de l’histoire. Sinon chacun risque de se construire son histoire personnelle, perturbé par les coupures répétées dans le texte.

Il ne faut pas que les élèves confondent les moments de lecture avec des moments d’oral collectif.

Néanmoins on peut proposer plusieurs types de présentation selon le texte.

  • Lecture in extenso
  • Dévoilement progressif
  • Lecture puzzle
  • Désordre concerté (dans la chronologie)
  • Evidage partiel (on ne montre ou ne dit pas tout)
  • Avec ou sans titre
  • Avec ou sans illustrations (éviter de mêler lecture et lecture/description d’images, car parfois les images ferment l’interprétation.)

 

Si illustrations on peut montrer :

  • Toutes ou quelques unes
  • Avant, après ou pendant la lecture du texte
  • Texte seul
  • Texte inscrit en réseau
  • Réseau construit avant ou après la lecture
  • Texte lu dans le réseau

 

Exemples :

Agathe :

Ne pas donner tous les indices et ne pas dire qu’il s’agit d’une fourmi

L’Afrique de Zygomar :

1)Ne pas montrer les images car dans le texte il y a des indices sur l’erreur deparcours.

2)Montrer les images pour confirmer les hypothèses des élèves.

 

Balthazar – Geoffroy de Pennart :

On a un personnage naïf : le biquet et on perçoit l’histoire à travers lui car le texte est raconté à la 1ère personne. De plus les images ne sont pas massivement en opposition avec le texte elles sont très subtiles. En maternelle, cela prendra du temps de mettre en doute la parole du biquet.

De plus on peut travailler en réseau en lisant (3 mois avant et pas 2 jours avant) les 7 chevreaux.

Dans cet album il faut en tout cas mettre en rapport images et texte pour que les élèves puissent interpréter.

 

Catherine Tauveron conférence du 04/02/04

 

Dans son article ( 5 ) Serge Terwagne ( 6 ) reprend les différentes pratiques de lectures d’albums à l’école maternelle. Il relève et développe 3 modèles de lecture littéraire :

Le modèle inférentiel : le maître lit directement le texte de l’album et demande aux enfants de faire des hypothèses sur la suite de l’histoire, on lit ensuite le texte et on le confronte avec les hypothèses formulées. Ces activités de « lecture par inférence » donnent aux enfants l’occasion d’explorer les possibles narratifs et de construire leurs connaissances littéraires concernant la situation, l’intrigue, les personnages et autres éléments littéraires. Toutefois, pour Catherine Tauveron, il faut faire attention à ne pas systématiser ce processus d’anticipation de l’histoire (à partir de la première de couverture ou des images) car cette pratiques risquent de développer chez les élèves des conduites non expertes où ils se contentent d’inventer à partir d’images et non de comprendre l’histoire telle qu’elle est vraiment. De cette anticipation, l’enfant risque de ne garder en mémoire que les hypothèses formulées et non le texte réel de l’auteur.

Le deuxième modèle développé par Serge Terwagne est le modèle intertextuel. Chaque texte est une mosaïque de références à d’autres textes et à d’autres œuvres symboliques dans une culture donnée. Ainsi la lecture n’est plus considérée simplement comme un processus cognitif mais avant tout comme une pratique culturelle complexe. (cf mise en réseaux)

Enfin, le modèle interactif se fonde sur l’idée que la signification de l’œuvre ne se trouve pas uniquement dans le texte mais est construite par le lecteur. Celui-ci peut faire appel à son vécu pour interpréter les textes et développer un point de vue personnel sur le texte. La signification du texte n’est plus seulement donnée par le texte, elle est aussi construite par le lecteur.

Les enseignants doivent donc adapter la forme de leurs activités de lecture et concevoir des prolongements qui assurent la plus grande variété possible de types de lectures « littéraires ». Il y a en effet une large palette d’activités plus ou moins traditionnelles permettant ce genre d ‘approche didactique multidimensionnelle :

- les lectures interactives au cours desquelles les enfants échangent entre eux pour élaborer la signification du texte et leurs interprétations ;

- les lectures et les discussions répétées permettant l’expression des points de vue personnels et critiques des lecteurs ;

- la mise en réseaux de livres sur un thème, un procédé littéraire… ;

- la dramatisation de l’histoire ou d’une partie de l’histoire ;

- l’intervention créative, à travers le dessin, l’écriture…

Il s’agit là d’une palette d’activités que l’enseignant doit sélectionner au mieux parce qu’elle lui paraissent les plus appropriées en fonctions de ses objectifs didactiques et en fonction de l’album qu’il s’agit de lire.

(5 ) Département Pédagogique – Haute Ecole Albert Jacquard – Namur Belgique

(6 ) Entrer dans l’écrit avec la littérature de jeunesseESF Article « Pour une culture littéraire à l’école maternelle » p.79 à 89

 


Date de création : 10/10/2007 @ 08:35
Dernière modification : 10/10/2007 @ 08:35
Catégorie : La culture littéraire à l'école maternelle


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


INSTRUCTIONS OFFICIELLES
DEFINITIONS
PEDAGOGIE
LIENS
Sondage
Que pensez-vous de ce site?
 
Intéressant
Bien
Moyen
Sans intérêt
Résultats
MUTUALISER

  Pour donner votre avis, partager un livre, faire part d'une de vos expériences 

 

           courrier.jpg

                   M'ECRIRE

^ Haut ^

  Site créé avec GuppY v4.5.11 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.42 seconde