DOSSIERS
LIVRES
AUTOUR DU LIVRE
LE QUESTIONNAIRE
Webmaster - Infos
Ecrire à mm  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
269 Abonnés
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

La culture littéraire à l'école maternelle - 3. Le choix des textes

3. Le choix des textes

Réfléchir sur les critères de choix implique la prise en compte d’une double postulation de la littérature de jeunesse selon C.Poslianec (2) qui se trouve être à la fois un outil édifiant, didactique entraînant une lecture fermée et une œuvre artistique entraînant une lecture ouverte, à laquelle correspond un traitement différent des instances littéraires.

 

Il serait, par ailleurs, erroné de penser que lire en cycle 1suppose simplement une lecture fermée (narration saturée, personnages emblématiques, écriture univoque, message explicite…) , que de très jeunes lecteurs ne peuvent avoir accès à l’implicite, au symbolique, au lacunaire, à l’équivoque. (3)

 

Il ne faut donc pas se contenter de séries réservées aux petits mais ne pas hésiter à choisir des albums plus complexes, des textes que Catherine Tauveron (4 ) nomme des textes résistants.

 

Elle définit deux types de textes résistants :

- des textes dits « réticents », c’est-à-dire des textes qui posent des problèmes de compréhension, des textes qui « enrayent les automatismes récurrents de l’intrigue », des textes qui jouent avec le lecteur en créant volontairement une énigme. Les textes résistants conduisent donc le plus souvent le lecteur à une compréhension erronée et c’est cela qu’il est intéressant d’expliciter en classe.

 

Bref, ces textes « jouent à cache- cache » en dissimulant volontairement des faits. Ces textes en disent moins que ce qu’ils pourraient ou devraient dire. Ils laissent volontairement subsister des trous afin que le lecteur cherche à les combler. Pour ce faire, celui-ci ne peut pas s’appuyer sur le contexte. C’est ce qui oblige à l’interaction lecteur-texte.

En classe, c’est l’enseignant qui fait ce travail de remplissage, rarement le lecteur.

 

Exemples de textes réticents :

ØPapa ! – Philippe Corentin

ØCœur de lion – nouvelles histoires pressées – Bernard Friot

 

Histoires qui adoptent :

Un point de vue insolite

ØMachin chouette – Philippe Corentin

ØAgathe

Un double point de vue

ØL’Afrique de Zygomar

Un point de vue polyphonique

ØUne histoire à quatre voix

Un point de vue ambigu d’un narrateur peu fiable

Un point de vue ironique

Une perturbation de l’ordre chronologique

Un enchâssement de récits

Deux parcours de personnages en parallèle

Le brouillage des repères anaphoriques (qui parle)

ØMangetout et maigrelet – Claude Boujon

Une logique non cartésienne

ØTous les albums de Claude Ponti

Des références et citations d’autres textes

Des perturbations des valeurs attendues

 

 

des textes dits « proliférants », c’est à dire des textes qui appellent des interprétations, des textes à lecture plurielle où l’on peut émettre plusieurs hypothèses interprétatives.

Il y adeux types d’interprétations possibles :

 

Interprétation --> compréhension de l’intrigue

 

C’est souvent le cas dans le lien texte/image

Ex : L’Afrique de Zygomar

Il y a une seule réponse qui est que les personnages ne sont pas allés en Afrique

Poussin Noir de Rascal

 

 

Interprétation --> compréhension de l’intention du texte

ou de sa portée symbolique.

 

Toujours avec l’album L’Afrique de Zygomar, on peut mener un débat interprétatif sur le personnage de Zygomar.

Sait-il qu’il n’est pas allé en Afrique ? Croit-il de bonne foi y être allé ? Ment-il de son plein gré en disant qu’il y est allé ?

Autre exemple : Moun de Rascal

 

 

Conclusion :

les textes résistants permettent un jeu avec les élèves, le maître devient alors le lanceur du jeu, il prévoit des situations problèmes en manipulant le texte afin que les élèves soient face à un obstacle qu’ils n’auraient pas vu seuls.

Cette situation problème peut être :

Donner ou non le titre de l’album, montrer toutes les images, montrer tout le texte, etc.…ainsi se pose la question du dispositif à mettre en place pour présenter le texte littéraire choisi.

 

(2) Christian Poslianec Vous avez dit « littérature » ?HACHETTE 2002 p.146

(3) Autour d’un œuvre : RascalCRDP Aquitainep.80

(4) Catherine Tauveron


Date de création : 10/10/2007 @ 08:31
Dernière modification : 10/10/2007 @ 08:31
Catégorie : La culture littéraire à l'école maternelle


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


INSTRUCTIONS OFFICIELLES
DEFINITIONS
PEDAGOGIE
LIENS
Sondage
Que pensez-vous de ce site?
 
Intéressant
Bien
Moyen
Sans intérêt
Résultats
MUTUALISER

  Pour donner votre avis, partager un livre, faire part d'une de vos expériences 

 

           courrier.jpg

                   M'ECRIRE

^ Haut ^

  Site créé avec GuppY v4.5.11 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.15 seconde